SURFRIDER personna non grata

C’est peu que de le dire mais pour un gardien de la cote combatif qui dénonce les projets puis les exploitations de granulats marins, la plus grande qualité c’est l’endurance et la patience.
Un exemple récent que je vous livre : Après avoir constaté que les plongeurs présents à la commission locale de suivi du GIE MANCHE EST collaboraient activement avec les responsables d’EUROVIA, nous avons demandé a avoir accès nous aussi à ladite commission. c’est pas qu’elle est un grand rôle, mais c’est le seul endroit où des les acteurs environnementaux ou économiques sont conviés pour discuter des impacts des exploitations de granulats marins. Tout cela est d’une grande hypocrisie, mais instructif..
Donc nous avons fait notre demande auprès de la préfecture, qui après quelques échanges, nous a mis en copie du courriel envoyé à EUROVIA VINCI et LAFARGE…celui ci signifiant un avis favorable pour la présence de SURFRIDER aux commissions locales de suivi pour le GIE Manche Est et le GIE saint Nicolas ! 1er victoire.
Mais bon, c’est pas gagné pour autant…

granulats marins

mouline sur granulats

En effet, sans réponse des 2 GIE, nous leur écrivons, pas de réponse. Nous attendons 1 mois pour faire une relance. Seul LAFARGE nous répond en nous expliquant qu’ils coopèrent déjà avec une organisation de protection de l’environnement. Nous leur écrivons de nouveau pour leur dire que SURFRIDER est particulièrement impliqué depuis des années (il le sait très bien pour avoir correspondu avec nous voici 2 ans) et que nous avons eu un avis favorable de la préfecture. Nous apprenons finalement que c’est HNNE qui assiste aux réunions, sans que sa présidente (a qui nous avons appris les projets d’exploitation de granulats marins,à l’époque) nous avise de quoi que ce soit. Quel bazar la politique environnementale..
Bref LAFARGE ne répond plus, EUROVIA-VINCI n’a pas répondu, et nous ne savons toujours pas quand aurons lieu ces réunions de suivi environnementale.
Ni la FFESSM, ni FNE, ne nous ont répondu, alors qu’ils y assistent en tant que béni-oui-oui .
Au dela du manque de courage de ces sociétés et des organisations censés se préoccuper d’environnement, c’est un bel exemple a donner !
Et pendant ce temps le massacre des fonds marins, cautionnés par certains scientifiques de l’IFREMER et du CNRS, continue.
C’est assez médiocre de s’assoir sur les droits des citoyens et de ne pas assumer ses devoirs, messieurs les cimentiers.

C’est a se demander si vous ne cherchez pas à susciter des actions citoyennes de type affichage de banderoles auprès des dépôts de granulats marins pour se faire entendre, et dénoncer la minimisation des impacts environnementaux. Le manque de débat donne plein d’idées.

(a suivre)

Ce contenu a été publié dans ecologie, Granulats marin. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *