Résultats

2013 : une année charnière

Rouget grondin sur granulats marins

Rouget grondin sur granulats marins

1) Autorisations accordées au GIE saint Nicolas et au GIE manche orientale pour détruire le fond marin.
2) Le reportage de Denis DELESTRAC « Le sable : enquête sur une disparition » connait un grand succès et fait connaitre les impacts des exploitations des granulats marins. Cependant totemdemer n’est pas consulté, même si SURFRIDER intervient dans le reportage.
3) Totem2mer se fait pirater, le site est gravement endommagé et nous trouvons une solution de contournement avec totemdemer.com. Cependant après remise dans le domaine public, l’adresse initiale (française) devient un site japonais, en japonais …Apparemment nous gênons les exploitants de granulats marins !.

En avril/mai/juin 2012

1) Un article dans PARIS-NORMANDIE et sur le site WEB de FR3 Normandie
2) Une annonce décevante : le GIE Manche Est est autorisé a exploiter les 2 zones en face de Saint-Valery en Caux, et a saloper les fonds marins comme des gros sales. La science progresse.
3) Le documentaire est terminé malgré le refus de l’IFREMER, de la DREAL, de la préfecture ou des soumissionnaires de participer aux interviews : quel courage !

En janvier/février/mars 2012

1) Mise en route d’un documentaire vidéo à caractère scientifique sur les impacts liés à l’exploitation des granulats marins.

 

En octobre/novembre/décembre 2011

1) La FFESSM a adopté la motion suivante :

« Dans le cadre de sa politique de Développement Durable, la FFESSM, dans une logique de préservation des sites naturels et culturels (épaves de plongée) les plus riches, demande dans la mesure du possible l’interdiction de l’exploitation des granulats dans le périmètre de ces sites sous-marins, supports pour le développement de la plongée loisir. »

2) TOTEM2MER devient gardien de la côte SURFRIDER

3)La préfecture de Seine Maritime répond à nos courrier, et nous fait parvenir un certain nombre de documents (dont les rapports d’enquête publique des deux projets).

4) Le ministère du développement durable répond à notre courrier demandant l’abandon du projet.

5) La durée de concession prévue dans le décret du 30/11/11 sera de 30 ans, et non pas 50 ans comme demandé par le GIE manche Est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *