Principe de dilution

L’aspiration des composants du fond marin (faune et flore incluse lors du 1er passage) provoque un nuage de  fond, ainsi qu’un vaste panache turbide visible en surface, composé des sédiments fins de type sableux ou vaseux. En effet seul les granulats marins de type petits silex sont recueillis par le navire aspirateur, et les sables/vases sont rejetés a la mer par sur verse ou déverse. Ces vases très fines ou assez fines, sont aussi appelées limons (ou silts en anglais).

Elles se déposent sur le fond marin en pluie fine uniforme, sur des épaisseurs qui varient selon le sens des courants de marée dominants (Sud –Est/Nord-Ouest en Manche Est). Au vu des volumes extraits, la concentration en vase va augmenter fortement  sur une petite mer comme La manche (mer) : Superficie d’environ 75 000 km² ; longue de 500 Kms large de 250 km (au maximum). L’eau de cette zone est, en raison des courants parmi les plus importants au monde, très turbide, tout en restant oxygénée.

Le principe de dilution cher aux pollueurs peut il s’y appliquer ?

Trois  paramètre essentiels : la distance parcourue ou surface couverte par la vase en suspension, l’épaisseur du manteau vaseux qui se redépose sur le fond marin, et la concentration des particules de vases en suspension pendant de longues durées.

1)    Surface couverte

Pour illustrer ce propos, quelques réflexions physiques simples

Les  paramètres sont : types de vase, vitesse du courant, profondeur, densité eau de mer, densité du panache turbide, etc…
Sans replonger dans les équations de Navier-Stokes, on peut s’amuser à projeter du sable à enduire ( approximativement 0,1 g par grain) fin dans une bouteille de 5 l d’eau douce, et on mesure une vitesse de descente de 0,1 m/s (la vitesse limite est rapidement obtenu),  soit pour une profondeur de 30m, un temps de 300s (5′) pour arriver au fond (et encore en mer c’est de l’eau salée, la poussé d’Archimède est plus forte).
Sachant qu’en pays de caux : http://envlit.ifremer.fr/region/haute_normandie/milieu/courantologie , la vitesse du courant est de 1,6 à 1,8 Noeud (1 Nd = 0,514 m/s), soit 0,9 m/s, cela nous donne a minima une distance de 0.9* 300 = 270 m.
Si on rajoute l’influence du vent en surface sur la dispersion initiale du panache turbide, par exemple, 3 ou 4 nœud soit 2 m/s, on triple cette distance …surtout avec de vents dominants O-NO.
En faisant le calcul avec des particules encore plus fines, type vase,  cela nous donne des distances qui dépasse très largement la valeur de 200 m, rayon du périmètre de protection décrété pour le YATAGAN…..

Ajoutons-y des conditions de tempêtes le jour qui suit une campagne, et  cela  donne plusieurs dizaines de Kms !

Les exploitants anglais connaissent bien cette problématique car les zones sont toutes orientées selon le sens des courants de marée (voir la carte), ce qui minimise les zones impactés. Seul le  projet de VINCI (GIE Saint Nicolas), le plus proche des côtes ne respecte même pas cette règle (il est en orientation EST-OUEST)

2)    Suspension

Un autre phénomène observé en plongée : de l’eau claire sur une fond de 30 m, mais une obscurité presque totale au fond, due a des particules en suspension dans la colonne d’eau. Est-ce que cette absence de lumière peut empêcher une fixation de la faune et flore sur le fond marin ?

3)    Épaisseur

Quelle épaisseur de vase se redépose sur le fond marin, et a partir de combien de mm, la flore et la faune recouverte passent de vie a trépas …?

En 1 an, 1 millions de m3 de graviers sont extraits, supposons que cela dégage 5 millions de m3 de vase, cela revient a épandre sur le fond une surface = 1 carré de 50 Km sur 10 Kms, de 1 cm d’épaisseur. Cela pendant 30 ans, et multiplié par le nombre de concession (Angleterre incluse)

Cela revient a dire que c’est toute la Manche qui est a terme impacté, avec une modification fondamentale du fond marin et des rivages par envasement.

Beaucoup de questions, et peu de réponse sures…alors que les exploitations ont déjà commencé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *