cimentier, la mort est son métier

Cet article est paru pour la 1er fois en juillet 2011, ce qui m’a valu de rencontrer un des seconds couteaux de VINCI qui voulait a tout prix me fournir de la documentation pour le site…
Depuis les cimentiers ont obtenus toutes les autorisations qu’ils demandaient,et ne rencontrent aucune opposition. Ils savent pratiquer l’art de l’arrangement, que ce soit avec les pécheurs, les défenseurs de l’environnement, les journalistes ou les plongeurs.
Un bel exemple de la puissance de l’industrie qui préfère oublier les effets globaux, et se concentre sur son business plan . Et oui SERGIO LEONE n’a rien inventé !

Qu’y a t il de vivant sur les fonds de la manche ?

A lire certaines études, juste quelques poissons qui s’éloigneront nonchalamment au bruit de la drague…

le maine

roussette

Et pourtant la réalité est tout autre, car le fond sableux est une biocénose grouillante de vie, parfois plusieurs milliers d’organismes vivants par m2. Faisons un calcul simple en prenant une moyenne de 5000 individus.

Sachant que une superficie d’1 km2 , soit 1km sur 1km, consiste en 100 ha, (eux-mêmes contenant chacun 10 000 m2.), cela donne pour une surface de 100 Km2 .

Nb d’individus = 5000*10000 m2*100ha*100= 500 Milliards d’individus

Alors que certaines études (voir le monde du 24 juin 2011) scientifiques nous alarment sur la venue d’une crise biologique dans les océans, il serait peut être judicieux de revoir ce projet qui provoquera l’extermination irrémédiable d’une partie de la faune et flore benthique de cette région.

Pour info : http://www.weinberg.lu/livres.php

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *